Comment éviter la saisie immobilière ?

saisie immobilière

Peu de personnes qui signent une hypothèque ont l’intention de s’en éloigner. Pourtant, des circonstances imprévues, d’énormes factures médicales, des emplois perdus, un divorce ou une érosion de la valeur des propriétés, peuvent submerger même l’emprunteur le mieux intentionné. Le fait de manquer un paiement de logement de quelques jours ne vous mettra pas en danger de la saisie immobilière. Mais si vous n’avez toujours pas payé à la fin de la période de grâce, si votre prêteur hypothécaire vous a envoyé une mise en demeure de payer, ou si vous avez plusieurs versements hypothécaires en retard, vous devez agir rapidement pour rétablir l’hypothèque. Le fait est qu’un simple coup du sort peut vous laisser face au pire cauchemar du propriétaire : enchères immobilières.

Quelle est la procédure à suivre pour une saisie ?

La procédure de saisie immobilière varie d’un État à l’autre, mais le conseil le plus important est d’être proactif, car la procrastination ne fera pas disparaître votre problème hypothécaire. Le jugement d’orientation commence lorsque votre paiement de prêt est en souffrance depuis 16 jours. À ce moment-là, votre agent hypothécaire essaiera de vous contacter pour établir un calendrier de remboursement pour actualiser votre prêt. Si votre premier paiement devient en souffrance pendant 30 jours et que le paiement du mois suivant n’est pas par la poste, les tentatives de recouvrement commencent sérieusement. Dans les 36 jours après avoir manqué un paiement hypothécaire, votre agent hypothécaire aurait dû vous contacter directement. Il est important d’être proactif en répondant aux appels ou en ouvrant tout courrier de votre prêteur ou de votre société hypothécaire. Dans les 45 jours, l’agent de l’hypothèque vous informera par écrit de votre statut de délinquant et vous informera de vos options pour éviter la forclusion. Si vos paiements accusent un retard de 120 jours, l’agent de service engagera probablement une procédure d’audience d’orientation officielle. Une fois que cela se produit, les règles de l’État diffèrent sur le temps dont vous disposez avant la forclusion réelle.

Si vous voulez obtenir des conseils ou un soutien pour éviter la saisie de votre bien, veuillez vous référer à ce site https://apirem.fr.

Quelles sont vos options pour éviter la saisie immobilière ?

Les prêteurs veulent que leur argent soit remboursé en temps opportun et l’intérêt qui l’accompagne. Ils ne veulent pas de votre maison. Si vous semblez être un bon risque, le prêteur vous proposera de maintenir votre hypothèque à flot. Mais soyez prévenu : si vous semblez un mauvais risque, le prêteur peut réduire ses pertes en prenant des mesures pour vous exclure et vous expulser le plus rapidement possible. La clé est de communiquer avec le prêteur avant que votre dette ne vienne à bout de vous. Plutôt votre prêteur connaît votre problème, plus il peut vous aider. La loi oblige les gestionnaires de prêts hypothécaires à aider les emprunteurs en souffrance et à travailler avec eux pour se remettre en règle. Dites à votre banque ou à votre prêteur que vous souhaitez en savoir plus sur les options de “réduction des pertes”, le terme technique pour éviter la saisie immobilière. Si vous sentez que vous n’obtenez pas l’aide appropriée de votre commission de surendettement, la vente à rémérer est une autre option.

Qu’en est-il de la vente à réméré ? 

Une vente à réméré est un contrat notarial qui permet aux propriétaires de vendre leur propriété pour générer son recouvrement. Vous pouvez éviter la saisie immobilière et pouvez conserver des biens pendant une longue période, cependant, vous êtes toujours responsable de cette affaire, avec une période fixe ne dépassant pas 5 ans. En échange de l’indemnité de logement, pendant cette période, le vendeur bénéficiera de l’option de rachat exclusif et irrévocable du prix déterminé au début de l’opération. Vous voudrez peut-être demander un avis juridique avant d’emprunter ce chemin.